«Dans la famille des artistes capverdiens dont la carrière possède une dimension internationale, Tcheka occupe une place singulière quasi paradoxale, à la fois à l’avant-garde mais aussi un peu en retrait ! » RFI Musique. Réservation en office de tourisme

 

CHEKA
De son vrai nom Manuel Lopes Andrade, Tcheka est natif du Cap-Vert, cette île lusitanienne au large de l’Afrique d’où vient Cesaria Evora. Tcheka a grandi dans une famille musicale. À 14 ans, il commence à jouer avec son célèbre père violoniste, Nho Raul Andrade, lors de festivals locaux, de mariages et de baptêmes. Il développe alors un style très personnel à la guitare,
mélangeant harmonies cap-verdiennes, arpèges, et percussions sur l’instrument. Les chansons de Tcheka s’écoutent comme des histoires. Des narrations, des souvenirs, contés sur des variations musicales inventées à partir des rythmes du Cap-Vert, tels que le batuque, le funana, le tabanka, le finaçon ou la coladera. Des traditions insulaires dans lesquelles le musicien puise pour créer une musique universaliste, portée par sa voix d’équilibriste et une virtuosité époustouflante. Une manière d’éviter les langueurs monocordes de certains de ses compatriotes. Pour les concerts en France, lors de la prochaine saison 22-23, le nouveau répertoire de Tcheka fusionne avec l’univers jazz électro du pianiste toulousain Etienne Manchon. La musique du monde, les chansons du Cap Vert sont revisitées et teintées de sonorités actuelles… En toute intimité.